Julie, Caroline, Ronan : critiques en devenir

À la veille de l’ouverture des festivals 2017, l’Association professionnelle de la critique Théâtre-Musique-Danse (APC-TMD, l’ex Syndicat de la critique) offrait une bourse d’été en Avignon à trois jeunes journalistes en devenir : Julie Briand, Caroline Chatelet et Ronan Ynard. Chantiers de culture se félicite de publier leur « retour d’expérience ». Le symbole fort d’une profession qui allie le collectif  à la solidarité.

 

 

Bourse APCTMD Festival d’Avignon – retour d’expérience

Au printemps 2017, j’ai appris avec bonheur l’existence de la bourse de l’APC-TMD destinée à aider de jeunes critiques à se rendre à l’un des trois grands festival de théâtre (Avignon), de musique (Aix-en-Provence) ou de danse (Montpellier) organisés dans l’été. Jeune critique de théâtre, je finançais jusqu’alors ma présence au Festival d’Avignon en travaillant à la bibliothèque de la Maison Jean Vilar. Un travail alimentaire privilégié, certes, mais qui ne me laissait pas assez de temps pour me consacrer pleinement à la critique. Grâce à la bourse, j’ai pu me rendre à Avignon avec une seule casquette, celle de journaliste, et consacrer tout mon temps et mon énergie à l’activité de spectatrice-critique.

Outre l’aide financière indispensable à la vie de festivalier, il me semble important de souligner le soutien moral que constitue cette bourse. On le sait, l’insertion professionnelle des jeunes journalistes est souvent difficile, en particulier dans le secteur culturel. Dans ce contexte, la bourse portée par l’APCTMD m’est apparue comme une main tendue, un signe d’ouverture et d’encouragement envoyé par des confrères expérimentés et admirés. Je garderai longtemps le souvenir de la première conversation critique dans la cour du Cloître Saint-Louis, où je suis allée m’asseoir, livide et tremblante, à la table des vieux briscards de la critique qui plaisantaient sur le dernier spectacle qu’ils avaient vu, en attendant que le débat commence…Au-delà de l’anecdote, c’est précisément là que se situe, je crois, le plus grand intérêt de ce dispositif : nous permettre de nager dans le grand bain de la critique, d’apprendre le métier en le pratiquant de manière intensive pendant trois semaines, au contact de ses pairs. Cet exercice fut pour moi éminemment responsabilisant, « légitimant » et formateur.

L’immersion et la présence sur toute la durée du festival permettent également de faire des rencontres et d’amorcer des collaborations qui pourront se prolonger au-delà du mois de juillet. A l’issue du festival, j’ai ainsi entamé deux nouvelles collaborations avec le magazine web Profession-Spectacle et avec le site internet de la revue Frictions.

Enfin, j’aimerais dire le plaisir que j’ai eu à partager cette expérience avec mes camarades lauréats. Le journalisme étant un exercice solitaire, il est passionnant de voir ses collègues à l’œuvre et de les interroger sur leur propre expérience. J’ai ainsi découvert avec Ronan Ynard une pratique de la critique qui, je dois l’avouer, m’était totalement inconnue : le vlog théâtre. Dans un tout autre style, j’ai beaucoup appris en discutant et en regardant travailler Caroline Châtelet, dont l’exigence et la profondeur des analyses sont de précieux modèles à emporter avec soi après le festival… Julie Briand

Lien vers quelques articles publiés lors du Festival :

Critique du spectacle Tristesse et joie dans la vie des girafes, parue dans le journal  L’Humanité

Article sur le dispositif Ecrits d’acteurs mis en place par l’Adami, paru dans le journal L’Humanité

« Billet d’humeur » sur le spectacle Les Parisiens, publié sur le site internet de la revue Agôn

Critique du spectacle Unwanted, publiée sur le site internet Profession-Spectacle

 

La Bourse ou l’avis

Le temps de présence dans un festival conditionne nécessairement la réception qu’on en a, l’état dans lequel on le traverse. S’il s’agit là d’un lieu commun, suivre en 2017 près de dix-huit jours le festival d’Avignon – chose possible uniquement par l’obtention de la bourse – a été important par cette expérience de la durée. Outre la découverte de nombreux spectacles et la possibilité d’écrire au fil des jours, j’ai notamment réalisé comment, les éditions précédentes, je «cédais» à la frénésie du festival. En étant présente peu de jours, je prenais en quelque sorte de plein fouet l’intensité du rythme, la programmation pléthorique, la densité de population. En 2017, j’ai éprouvé le festival différemment. Disons que peut-être pour la première fois j’ai vu ses différents tempos, la diversité des mouvements l’agitant. De l’effervescence de la soirée d’ouverture, à la montée en puissance – liée aussi à la présence massive de spectateurs au mitan de juillet -, jusqu’à l’approche imminente de la fin du In, j’ai pu suivre les pleins, les déliés, les saturations, les polémiques, les petits scandales, ou encore les suspensions d’Avignon. La présence au long cours m’a permis d’être dans un rapport plus serein, moins excessif – ce qui, je pense, a résonné dans mon travail -, tout en étant vigilante à l’endurance nécessaire pour tenir sur la durée. Peut-être, également, ai-je éprouvé à quel point le festival In architecture le planning du journaliste-critique (ou pour le dire différemment, à quel point le rapport de classe existant entre In et Off agit en différents endroits). Non pas que les journalistes considèrent le Off avec condescendance en regard du In. Plutôt que par son fonctionnement (demande d’accréditation, durée démesurée de certains spectacles, sentiment de rareté des œuvres proposées) c’est bien le In qui impose son rythme, et le journaliste construit, le plus souvent, son parcours dans le Off en fonction de celui du In.

S’il m’est difficile de nommer précisément ce que cela a produit dans mon travail, j’ai pris un vif intérêt à établir des rebonds, des renvois d’une œuvre à une autre. Ayant assisté, peu ou prou, à autant de spectacles dans le cadre du In que du Off, j’ai écrit huit articles pour la revue en ligne agon.ens-lyon.fr, un article pour http://www.regards.fr (au fil du festival) et trois critiques pour le trimestriel Théâtre(s) après la fin du festival.

Parmi les améliorations possibles, et sans avoir l’assurance de la pertinence de la proposition suivante, une remarque : à Avignon, la question du logement est un point épineux. S’il est bon que la bourse soit en monnaie sonnante et trébuchante – les lauréats peuvent ainsi en user comme bon leur semble (voyage, restauration, logement, etc.), une évolution possible pourrait être un investissement dans une location d’appartement : cela permettrait peut-être aussi aux stagiaires de travailler ensemble, d’échanger, d’avoir des temps informels de rencontres.

En tous les cas, un grand merci pour cette bourse. C’était génial ! Caroline Chatelet

Liens vers les articles écrits:

** Huit articles écrits pour la revue agon.ens-lyon.fr

http://agon.ens-lyon.fr/index.php?id=3501

 ** Un article écrit pour http://www.regards.fr

http://www.regards.fr/web/article/le-monde-par-le-theatre

 ** Trois critiques parues dans Théâtre(s) :

  • Critique de Médée-Kali
  • Critique de Maintenant que nous sommes debout
  • Critique de Depuis l’aube (ode aux clitoris)

 

La Bourse de l’APCTMD

Le festival d’Avignon, je l’avais prévu, organisé, et même payé – une petite chambre chez l’habitant assez loin des remparts, des billets de trains à des heures pas possibles et ça pour ne pas trop dépenser. Faire Avignon, puisqu’il s’agit bien ici d’y apporter sa pierre, le jeune critique-youtubeur que je suis le voulait, mais c’est un budget à tenir serré. Sacrifier des jours de présence ? Sacrifier le confort d’un bon lit pour un sommeil réparateur si nécessaire ? Diminuer drastiquement sa consommation de Pac à l’eau ? La bourse de l’APCTMD a été une réponse à ces problématiques pécuniaires qui parasitaient ma préparation. Qu’il est confortable de pouvoir rallonger son séjour de quelques nuits, en sachant que la bourse est là pour vous soutenir. Fort heureusement, il n’est pas uniquement question d’argent. L’accréditation, et la facilité de son obtention, appuyée par celles et ceux qui sont maintenant vos pairs, sont encore une fois un soulagement. Billets de train, appartement et invitations n’étaient plus une préoccupation et j’ai pu, pendant 10 jours, me consacrer pleinement à mes vidéos. Dix vlogs ; un par jour. Je ne compte plus les heures passées sur le montage, mais je les sais inversement proportionnelles au nombre d’heures passées à dormir, pour que la vidéo au sujet des spectacles vus la journée soit en ligne dès le lendemain matin ! Mais quelle satisfaction de voir le nombre de vues augmenter tous les jours. Chaque matin, sur les réseaux sociaux, de nombreux festivaliers et surtout de nombreux spectateurs n’ayant pas pu venir au Festival, étaient au rendez-vous. Et puis le plaisir plus personnel de retrouver les autres critiques au fond de la piscine, au bar du In, de se retrouver souvent côte à côte, ou pas très loin, dans les gradins au confort incertain du cloître des Célestins.

Une certaine fierté d’être assis à la table de Philippe Chevilley et Marie-José Sirach pour débattre en public des spectacles au programme. Le plaisir de se sentir appartenir à un groupe, les critiques. Alors oui, c’est une bourse, c’est financier, c’est vrai, mais c’est aussi et surtout une légitimité qu’on vous offre. Crédible vous l’étiez car vous avez été choisi par le comité, mais légitime, se sentir légitime au milieu de ces routards avignonnais c’est autre chose, et la bourse de l’APCTMD en cela m’a beaucoup aidé. Ronan Ynard

Poster un commentaire

Classé dans Festivals, Rideau rouge

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s