Avignon 2018, 72ème du nom !

Le 6 juillet, Avignon a frappé les trois coups de la 72ème édition de son festival. Durant trois semaines, jusqu’au 24/07 pour le In et le 29/07 pour le Off, le théâtre, sous toutes ses formes et dans tous les genres, va squatter la Cité des Papes. Et déborder, hors les remparts, pour le meilleur et le pire… Un festival des planches hors norme, qui ne saurait faire oublier à l’amateur éclairé ou néophyte des lieux un peu plus sereins mais tout aussi riches : Brioux, Bussang, Grignan, Pamiers, Pont-à-Mousson, Vitry.

 

 

« L’art ne peut servir seulement de consolation au tout libéral, ni de supplément d’âme à des défiscalisations », confesse Olivier Py, l’ordonnateur du Festival d’Avignon . « À ceux qui, à défaut de croire en l’Histoire, croient encore en l’avenir, c’est l’art qui permet de dépasser le désespoir de la lucidité et d’atteindre à la fraîcheur de l’espoir », poursuit le directeur et metteur en scène dans son éditorial à l’ouverture de cette 72ème édition. Une déclaration d’intention que nous faisons nôtre, assurément, pour la proclamer d’emblée hors les remparts, affirmer sa pérennité toute l’année et non pour la seule période de l’été !

C’est la raison-même de ce site, formulée autrement par un grand homme des Arts, Antonin Artaud, « extraire, de ce qu’on appelle la culture, des idées dont la force vivante est identique à celle de la faim ». Avec le théâtre, parmi tous les arts comme expérience privilégiée, rencontre inattendue et parfois improvisée du vivant avec des vivants, qui a le don de transformer une foule en peuple, des consciences isolées en communautés d’esprit, des interrogations individuelles en émotions partagées. Quand la force d’une réplique passe la rampe, ce n’est plus une troupe de saltimbanques qui fait face à une masse de spectateurs, c’est l’humanité qui fait spectacle ensemble : qu’il soit dégénéré ou avant-gardiste, l’art est fondamentalement expression de l’humain en construction ou en interrogation de son devenir, au même titre que l’homme ne construit et n’interroge foncièrement son devenir qu’au prisme de l’art. Que cet art se nomme littérature, peinture, théâtre ou autre, peu importe, il importe juste que la rencontre de l’un se fasse avec l’autre, que l’un et l’autre prennent conscience de leur irréductible nécessité pour exister en humanité. D’où l’enjeu de se remémorer les propos de Jean Zay et d’affirmer haut et fort que demeure d’une urgente actualité le renouveau de la réflexion autour de ce que l’on nommait éducation populaire en des temps pas si reculés ! Sans céder aux sirènes de l’opposition factice entre populaire et élitaire : le populaire recèle les ressources de l’élitaire, l’élitaire s’offre sans retenue au populaire !

 

Avignon, in et off

Ainsi en va-t-il d’Avignon où le beau côtoie le laid, l’exigence esthétique le banal divertissement, l’engagement citoyen la platitude consumériste… Des noms de metteurs en scène, des titres d’œuvres peuvent guider les choix du festivalier en perdition sur le pont du In : Thomas Jolly avec son « Thyeste » de Sénèque dans la Cour d’honneur, Didier Ruiz et ses « Trans (Més Enllà) » au Gymnase du lycée Mistral, Gurshad Shaheman, Ali Chahrour et Christophe Rauck au Théâtre Benoît XII, Ivo Van Hove de retour dans la Cour du lycée Saint-Joseph avec « Les choses qui passent », « Le cri du Caire » d’Abdullah Miniawy, « Antigone » au Centre pénitentiaire d’Avignon-Le Pontet, la « Mama » d’Ahmed El Attar, « Léonie et Noélie » de Karelle Prugnaud à la Chapelle des pénitents blancs… Un choix forcément partiel, et partial, qui n’oblige en rien, sinon de ne point chuter aveuglément dans la fosse aux artistes !

Et le risque est multiplié par cent et mille face au catalogue pléthorique du Off. Aussi, vaut-il mieux d’abord s’attarder sur la programmation, toujours de qualité, de quelques lieux emblématiques où prime le choix de l’art avant celui de la recette : le Théâtre des Halles, la Caserne des Pompiers,  La Manufacture, La Chapelle du verbe incarné, le Théâtre des Doms, Présence Pasteur, Le chêne noir, Le Collège de La Salle, Le Théâtre des Carmes, Le chien qui fume, Le Grenier à sel, Espace Alya, 11*Gilgamesh Belleville, Espace Roseau, Le Théâtre de la Bourse et celui de La Rotonde animés par les responsables locaux de la CGT, Le petit Louvre, l’Artéphile. À noter dans ce capharnaüm des planches, tout à la fois charme et déplaisir de l’événement, la présence de notre ami et metteur en scène Jacques Kraemer qui  donnera son « Opal » à la Salle Roquille.

 

D’un festival à l’autre…

Ils l’affirment, persistent et signent, une nouvelle fois « Nous n’irons pas à Avignon » ! Non et non,  ce n’est pas encore cette année que Mustapha Aouar, le trublion artistique de « Gare au théâtre » à Vitry, ira à la ville de tous les chemins qui y mènent… En cette gare désaffectée, un rendez-vous original loin des lignes à grande vitesse où le chef de train convoie les passagers du jour hors des sentiers battus, en des contrées proches ou lointaines au dépaysement garanti, à la rencontre d’une vingtaine de compagnies et d’une centaine d’artistes. À l’image de Bussang, au cœur de la forêt vosgienne où le Théâtre du Peuple, cathédrale laïque en bois, arbore fièrement sur son fronton depuis plus d’un siècle sa devise légendaire « Par l’art, pour l’humanité » ! Un lieu mythique, célébré par Romain Rolland, où chaque année le peuple est au rendez-vous, coussin sous le bras, celui des Vosges et de Navarre, celui de la France profonde. Pour s’enthousiasmer de la prestation des comédiens amateurs entourant les professionnels, marque de fabrique du festival de Bussang, pour s’émerveiller à la traditionnelle ouverture des lourdes portes du fond de scène à chaque représentation. Simon Delétang, son nouveau directeur et metteur en scène, propose deux belles affiches pour inaugurer son mandat : « Littoral » de Wajdi Mouawad et « Lenz » de Georg Büchner. Sans omettre quelques autres succulentes friandises, artistiques et musicales, concoctées par les hommes et femmes des bois !

D’une autre nature, certes, le lieu est tout aussi grandiose et symbolique. C’est dans la cour du château que se déroulent les « Fêtes nocturnes » de Grignan ! Un superbe décor naturel, en plein air, qui accueille cette année les célèbres « Noces de sang » de Federico Garcia Lorca. Un drame passionnel, mis en scène par Vincent Goethals dans une scénographie originale où le spectateur aura la part belle. « Pas d’illusion naturaliste lors de ce mariage qui se prépare dans la chaleur andalouse et au rythme des « Canciones espanolas antiguas », précise le metteur en scène, « une partition théâtrale et musicale, loin de tout folklorisme, qui ambitionne de remuer le tréfonds des âmes »… Pas de château à Brioux, la cité du Poitou où le facétieux Jean-Pierre Bodin, avec sa compagnie La Mouline,  assure la direction artistique du festival : pas de demeure seigneuriale donc mais une belle place, celle du Champ de foire où le public est invité à y faire halte, du 6 au 13 juillet, pour apprécier une programmation éclectique. Un « festival au village », de nos jours une rareté appréciable qui mêle théâtre et chanson, arts du cirque et art de la rue pour fêter l’humain au plus près du citoyen, un festival en bonne marche, fort de ses trente ans mais toujours quelque peu insoumis !

À l’image de Michel Didym, l’infatigable découvreur des écritures contemporaines lors de la fameuse « Mousson d’été » ! Du 23 au 29 août, au cœur de la Lorraine, le superbe et prestigieux site de l’Abbaye des Prémontrés ouvre ses portes aux auteurs dramatiques, aux metteurs en scène, aux universitaires, aux comédiens et au public pour venir écouter le théâtre d’aujourd’hui. Un authentique terrain de rencontres nationales et internationales (Grèce, USA, Espagne, Norvège…) autour de lectures, de mises en espace, de conversations et de spectacles, un temps comme suspendu en bord de Moselle où s’écoulent et s’écoutent joyaux et pépites qui irrigueront les scènes du futur. C’est encore en un haut-lieu historique à caractère religieux, l’ancien Carmel de Pamiers fondé en 1648, que se dérouleront les premières « Nuits Shakespeare » du 10 au 20 août. Concoctées par Guillaume Dujardin, le fantasque et bouillonnant instigateur bisontin de l’original Festival des Caves, elles affichent trois créations : la tragédie « Antoine et Cléopâtre », « Les sonnets shakespeariens » et autres textes poétiques mis en scène et en musique par la compagnie Malanoche, les « visites shakespeariennes » pour découvrir les dédales et secrets du site, consacré au silence et à la méditation, inaccessible au public jusqu’alors.

Quels que soient vos destinations vacancières et vos choix culturels, à chacune et chacun, lecteur ou abonné des Chantiers de culture, bel été et bon festival. Yonnel Liégeois

 

Trois RDV en Avignon :

Le 12/07, de 11h30 à 18h30, à la Maison Jean Vilar : sous l’égide du Festival et du Parti communiste, hommage est rendu à Jack Ralite, l’homme politique de grand renom et amoureux inconditionnel des arts et des artistes. Tables rondes entre artistes et responsables culturels, extraits des textes majeurs du fondateur des États Généraux de la Culture et mise en voix de ses auteurs de chevet (Stendhal, Gracq, Hugo…) ponctueront la journée. Un temps fort de réflexion « pour redonner du souffle, de l’énergie, de la vitalité et de l’ambition pour réinventer, imaginer, dessiner une autre politique publique de la culture et de la création », écrit la journaliste Marie-Jo Sirach dans les colonnes du journal L’Humanité, partenaire de l’événement.

Le 13/07, à 16h30 au Cloître Saint-Louis : rencontre-débat autour de « L’appel de Montreuil » qui, face aux directives de CAP 2022, dénonçait au printemps un texte où « ne figure aucune vision, aucune ambition pour le rôle du ministère, pour la place des arts, des patrimoines et de la culture dans notre société, autre que (leur) destruction ». À l’initiative de cet appel qui rassemble organisations professionnelles et syndicales, mouvements d’éducation populaire, artistes et élus, les élus de Montreuil, dont la maire-adjointe à la culture Alexie Lorca, donnent rendez-vous aux festivaliers afin d’élaborer et de proposer un projet alternatif.

Le 16/07, de 14h30 à 16h30, au Cloître Saint-Louis : sous l’égide de l’A.P.C., l’Association Professionnelle de la Critique, se tiennent « Les ateliers de la critique ». Un moment privilégié où critiques et spectateurs débattent ensemble des spectacles du Festival, de l’avenir du IN et du OFF. Un temps fort aussi pour s’interroger sur l’art et le contenu de la critique (lire Qu’ils crèvent les critiques !, de Jean-Pierre Léonardini, paru aux Solitaires intempestifs), son rôle et sa place dans le paysage médiatique.

– Pour découvrir les spectacles sur le travail lors de ce 72ème Festival d’Avignon, un site très riche et fort bien documenté : Travail et Culture.

Poster un commentaire

Classé dans Festivals, Rideau rouge

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s