Antisionisme, antisémitisme : confusion ou distinction ?

L’antisémitisme, comme tous les racismes, mérite une mobilisation citoyenne intransigeante. Journaliste et historien, Dominique Vidal montre, dans Antisionisme = Antisémitisme ?, les ressorts de la dangereuse confusion et les enjeux de la nécessaire distinction. Entre l’un, opinion politique et philosophique, et l’autre, qui est un délit.

 

En juillet 1942, la police française arrêtait à Paris et parquait au Vél’ d’Hiv’ 13 000 juifs, français et étrangers. Dont quelque 4000 enfants, qui devaient être déportés vers les camps de la mort. En juillet 2017, Emmanuel Macron, en leur rendant hommage, reconnaissait, et l’on peut s’en réjouir, les responsabilités de l’État français dans ce crime mais il commettait en même temps une double faute. D’abord, il accueillait à la cérémonie le premier ministre israélien, Benjamin Netanyahou. Comme si les Français juifs n’étaient pas tout à fait français et qu’ils devaient être aussi représentés par le premier ministre d’un autre État, l’État d’Israël. Un homme à qui, en outre, le locataire de l’Élysée donnait du « cher Bibi » ! Un mauvais signal pour la lutte contre l’antisémitisme dans notre pays.

Ensuite, le chef de l’État affirmait en fin de discours que l’antisionisme serait « la forme réinventée de l’antisémitisme ». Une déclaration aussitôt dénoncée par nombre de défenseurs du droit et de juifs antisionistes eux-mêmes. Comme s’il était possible de confondre l’une des formes du racisme, en l’occurrence l’antisémitisme qu’il s’agit de condamner, combattre et sanctionner, avec une position philosophique et politique, qu’on la partage ou non : l’antisionisme. Une position qui consiste d’une part à refuser une politique nationale, celle d’Israël fondée sur la séparation ethnico-religieuse, en l’occurrence au détriment des droits individuels et nationaux du peuple palestinien, d’autre part à préférer à l’émigration hors de France la lutte contre tous les racismes et pour l’égalité des droits. Ici comme au Proche-Orient.

 

En février 2019, alors que s’est multipliée en peu de temps une série d’actes de racisme antisémite, allant jusqu’aux meurtres pour la première fois ces dernières années depuis la victoire contre les nazis, Emmanuel Macron réitère son propos lors d’un dîner du Crif, le Conseil représentatif des institutions juives de France… Historien et journaliste, spécialiste d’Israël et de la Palestine, mais aussi de la société française, Dominique Vidal écrit en réponse que « ce n’est pas avec des manœuvres politiciennes d’un autre âge qu’on combattra efficacement l’antisémitisme ». Et d’ajouter : « Emmanuel Macron prend le risque d’alimenter la campagne maccarthyste de la droite sioniste contre les militants de la solidarité avec le peuple palestinien. Et de cautionner, par la même occasion, la radicalisation du gouvernement le plus ultra de l’histoire d’Israël. ». Aussi, est-t-il utile de lire ou relire le livre de Dominique Vidal Antisionisme = antisémitisme ?. Bien plus qu’un pamphlet, il s’agit d’une analyse documentée, claire, accessible à tous, sur les enjeux qui se cachent derrière un tel amalgame.

Dominique Vidal consacre ainsi toute la première partie de son ouvrage à l’histoire du sionisme. Il revient sur ce qui a fondé son émergence : le constat de l’antisémitisme européen (lequel est à l’origine du sionisme), mais aussi le postulat de l’existence d’un peuple juif en tant que peuple, l’hypothèse de l’impossible assimilation des juifs dans les sociétés où ils vivent, leur droit sur la « terre promise », et la négation de l’existence d’un autre peuple (le peuple palestinien) sur cette terre (c’est la formule connue d’« une terre sans peuple pour un peuple sans terre »). Il étudie les évolutions de ce projet, né en Europe à la fin du XIXe siècle, et il rappelle qu’« il n’a jamais été l’unique courant politique juif ».

 

L’auteur le souligne. « Emmanuel Macron ne définit pas l’antisionisme qu’il condamne ainsi sans appel. Or, ce concept renvoie à des notions très diverses et qui, de surcroît, ont évolué à travers le temps ». Il rappelle notamment que « avant la Seconde Guerre mondiale, l’immense majorité des juifs rejette le projet d’État juif en Palestine ». L’historien interroge aussi la crise stratégique où est entré le sionisme aujourd’hui, alors que la perspective d’annexion par Israël de la Cisjordanie qu’il occupe, « et donc l’abandon de deux États au profit d’un seul, de fait binational, mais selon un système d’apartheid, menace l’existence même d’une majorité juive durable, objectif (…) de l’État d’Israël ». Dans une veine analogue, il scrute les ravages du libéralisme au pouvoir à Tel-Aviv. Et de citer Avraham Burg, ancien président du Parlement israélien (la Knesset) et ancien président de l’organisation juive mondiale, lequel diagnostiquait dès 2003 que « le sionisme est mort et ses agresseurs sont installés dans les fauteuils du gouvernement à Jérusalem ».

D’où vient l’antisémitisme contemporain ? C’est la troisième question que pose l’historien, qui étudie l’évolution « de l’antijudaïsme à l’antisémitisme ». S’appuyant notamment sur les études de la Commission nationale consultative des droits de l’Homme (CNCDH) pour ce qui concerne la France, il met en lumière la corrélation des préjugés contre les juifs avec toutes les autres formes de racisme. Il souligne que « c’est à l’extrême droite que le niveau d’antisémitisme reste le plus élevé ». Et non dans les rangs des soutiens aux droits du peuple palestinien, au contraire. En revanche, Dominique Vidal énonce une mise en garde. Certains antisémites, dans la galaxie Soral par exemple, essaient quant à eux de détourner vers l’antisémitisme la colère qui s’exprime contre la politique israélienne. Une tentative abjecte, dangereuse, et insultante à l’égard des valeurs du combat des Palestiniens. Dominique Vidal écrit clairement que « destiné à faire taire la critique d’Israël, le chantage à l’antisémitisme ne date évidemment pas d’aujourd’hui. Mais il a pris un tour nouveau en fonction du contexte géopolitique du pays ».

 

Le 6 février 2017, la Knesset (le parlement israélien) adoptait une loi dite de « régularisation » qui ouvrait la voie à l’annexion de tout ou partie de la Cisjordanie que réclament le parti des colons et même plusieurs ministres. À quoi sont venus s’ajouter, d’une part en juillet 2018 une nouvelle loi, attribuant en Israël au seul « peuple juif », le droit à l’autodétermination au détriment de près d’un cinquième de sa population et, d’autre part, un arsenal législatif liberticide pour museler en interne toute critique de la politique gouvernementale. C’est aussi contre l’expansion du mouvement exigeant la fin de l’impunité des dirigeants israéliens face à leurs violations du droit international que ceux-ci cherchent, en particulier en Europe où ils s’allient aux gouvernements les plus à l’extrême droite, à délégitimer voire à criminaliser toute critique. C’est bien ce qui est en jeu aujourd’hui. Isabelle Avran

 

En savoir plus :

« La discorde : Israël-Palestine, les Juifs, la France. Conversations avec Élisabeth Lévy », de Rony Brauman et Alain Finkielkraut (Flammarion, 375 p., 9€20).

– « Comment la terre d’Israël fut inventée, de la Terre sainte à la mère patrie », de Shlomo Sand (Flammarion, 432 p., 10€).

– « Un autre Israël est possible, vingt porteurs d’alternatives », de Dominique Vidal et Michel Warschawski (Éditions de l’Atelier, 171 p., 19€).

– « La maison au citronnier », de Sandy Tolan (J’ai lu, 572 p., 8€).

Poster un commentaire

Classé dans Documents, essais, Pages d'histoire

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s