Eribon et Ostermeier, de retour à Reims

Adaptation de l’œuvre éponyme de Didier Eribon, Retour à Reims ravive le théâtre politique en centrant la discussion sur l’abandon des classes ouvrières. Dans une mise en scène de Thomas Ostermeier qui superpose jeu et film pour mieux révéler les angles sombres de notre société. Sans oublier Qui a tué mon père à La Colline (75) et L’autre fille aux Déchargeurs (75).

 

Retour à Reims s’ouvre sur une mise en abîme : dans un studio, une comédienne enregistre la voix off d’un texte. Au-dessus d’elle, un documentaire est projeté sur grand écran : Reims et ses faubourgs ouvriers, ses ciels plombés, sa misère à fleur de béton. La voix attentive d’Irène Jacob reprend les écrits du philosophe et sociologue Didier Eribon sur son passé de fils d’ouvrier. Des mots couchés sur le papier dix ans plus tôt, après la mort de son père, dans un essai sobrement intitulé Retour à Reims.

Un ouvrage où l’intellectuel parisien se penchait sur sa rupture avec les siens… Pourquoi était-il plus facile d’écrire sur la honte sexuelle que sur la honte sociale, s’interrogeait ce transfuge de classe, homosexuel assumé qui, durant des années, avait tourné le dos à ses parents, à ses origines de classe. Filmé par le metteur en scène Thomas Ostermeier, Didier Eribon a accepté de revenir sur les terres de son enfance. Face à sa mère au corps malmené par une vie de souffrances, le sociologue remue photos et souvenirs. Les mots d’Eribon évoquent l’engagement communiste de la famille, la dureté du travail à l’usine, la drague des jeunes hommes autour de la cathédrale… « Ce fut le début d’une réconciliation avec elle […] Avec toute une part de moi-même que j’avais refusée, rejetée, reniée », écrivait le philosophe à propos de ces retrouvailles.

 

De ce texte majeur, Thomas Ostermeier, le directeur de la Schaubühne de Berlin, a tiré une pièce très politique en écho avec le temps présent. Le spectacle questionne la marginalisation de la classe ouvrière, son basculement vers le vote FN et la démission des élites de gauche. Quand surgit au détour de la pièce la question des « gilets jaunes », dont les couleurs saturent l’écran, la comédienne interrompt le documentaire. « Et nous, qu’est-ce qu’on fait, nous ? », se demande-t-elle. Apostrophe collective lancée aussi bien à l’artiste, à son engagement et à sa voix capable plus qu’une autre de porter, qu’au spectateur soudain frappé d’inconfort.

Face aux difficultés des forces progressistes, le sursaut doit-il venir de chacun de nous ? Cyrielle Blaire

Dates de tournée : Du 21 au 23/03/19 : La Coursive, La Rochelle. Les 28 et 29/03/19 : MA avec Granit, Scènes nationales de Belfort et de Montbéliard. Les 24 et 25/04/19 : TANDEM, Douai. Du 2 au 4/05/19 : Bonlieu, Scène nationale d’Annecy. Du 14 au 16/05/19 : La Comédie de Clermont-Ferrand. Les 22 et 23/05/19 : l’Apostrophe, Cergy-Pontoise. Du 28/05 au 15/06/19 : Théâtre Vidy, Lausanne.

 

À voir aussi :

– À l’heure où Didier Eribon fait retour à Reims, il ne faut surtout pas manquer Qui a tué mon père d’Édouard Louis, au Théâtre de La Colline jusqu’au 3 avril. L’essai de l’un répond au récit de l’autre. Leur matière commune ? Le déterminisme social, la vie à l’usine, la condition ouvrière… Sans fioritures, l’auteur raconte les retrouvailles avec un père vieilli et cassé avant l’heure, usé par le travail et une vie sans éclat. Un regard chargé de non-dits en ces temps de l’enfance où la violence familiale prenait le pas sur la tendresse paternelle, où le quotidien se réduisait à des lendemains routiniers et sans lueur d’espoir : une classe d’humains à qui l’on demande seulement de travailler et de survivre dans la banalité du

Co Jean-Louis Fernandez

quotidien, à qui ne fut jamais proposé d’entrevoir un rayon de soleil aux carreaux cassés de l’usine.

Un texte fort, lourd, vibrant d’humanité brisée, un texte aussi qui dépasse le banal ressassement pour se faire implacable réquisitoire : contre une société qui se complaît encore aujourd’hui à broyer les petites gens au profit des gagnants et des nantis, contre des politiques qui, dans les discours et les actes, ne comprennent traître mot à la vie des perclus et des exclus. Un cri de colère et de rébellion, un cri de révolte et d’espoir aussi. Superbement porté à la scène, de l’avis de la critique, par un grand Stanislas Nordey, comédien et directeur du Théâtre national de Strasbourg. Qui a tué mon père (?) Une interrogation, sans point final, qui ne cesse d’interpeller. Yonnel Liégeois

Du 2 au 15/05/19, au Théâtre National de StrasbourgDu 9 au 11/10/19, à la Comédie de Béthune. Le 21/01/20, au CDN Orléans / Centre-Val de Loire. Du 25 au 28/02/20, au Théâtre de Vidy-Lausanne. Les 5 et 6/05/20, au Grand R – Scène nationale de la Roche-sur-Yon. Le 13/05/20, au Théâtre de Villefranche-sur-Saône.

 

–  En raison du succès, Marianne Basler reprend, pour une nouvelle série de représentations au Théâtre des Déchargeurs (75), son interprétation de L’autre fille. Un superbe texte d’Annie Ernaux, publié en 2011 chez Nil éditions, dans une mise en scène dépouillée de Jean-Philippe Puymartin. Au détour d’une conversation, à l’âge de 10 ans, l’auteure découvre par hasard qu’elle a eu une sœur, décédée de la diphtérie deux ans avant sa naissance. « Plus gentille que celle-là », aux dires de sa mère… Des paroles lourdes de conséquences, une confession intime bouleversante, une interprétation à saluer, toute en retenue et sans pathos superflu.

La scène est troublante, presque intimidante : derrière sa petite table de travail, le public semble reconnaître Annie Ernaux en personne, écrivant à la sœur qu’elle n’a pas connue ! Lumière vacillante, main tremblante, voix chuchotante… Un spectacle chargé de non-dits et d’émotions partagées, Marianne Basler comme habitée de l’intérieur par ce texte d’une intensité insoupçonnée. « Évidemment, cette lettre ne t’est pas destinée et tu ne la liras pas […] Pourtant, je voudrais qu’elle te parvienne comme m’est parvenue jadis, un dimanche d’été, la nouvelle de ton existence par un récit dont je n’étais pas non plus la destinataire », ponctue au final la comédienne. Merci, éblouissante Marianne, la missive nous est bien parvenue ! Yonnel Liégeois

Du 19/03 au 06/04/19, du mardi au samedi aux Déchargeurs (75), ensuite  du 24 au 28/04/19 à Marseille.

Poster un commentaire

Classé dans Art&travail, Rideau rouge, Sur le pavé

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s