Bussang, la jeunesse d’un peuple

Du 12/08 au 04/09, au Théâtre du Peuple de Bussang, Simon Delétang présente Leurs enfants après eux. Une adaptation du roman de Nicolas Mathieu, prix Goncourt 2018. Une plongée dans la Lorraine désenchantée.

Après Peer Gynt en juillet, la pièce d’Ibsen où Anne-Laure Liégeois orchestrait pour sa petite troupe un jeu choral et poétique réjouissant, on est moins convaincu par Leurs enfants après eux. Interprété par les élèves de la 80ème promotion de l’École nationale supérieure des arts et techniques du théâtre à Lyon et créé en juin dans le cadre des Nuits de Fourvière, le spectacle trouvera peut-être un nouveau souffle dans l’écrin de bois et de verdure de Bussang. Simon Delétang, le metteur en scène et directeur du Théâtre du Peuple de Bussang, a prévenu d’une création en deux temps : une première version à l’ENSATT, une version spéciale pour Bussang avec motos YZ trafiquées et vrombissantes à souhait dans la forêt !

Roman-fleuve, prix Goncourt 2018 pour Nicolas Mathieu, Leurs enfants après eux fait le portrait d’un groupe d’adolescents qui s’éveillent à leur jeunesse dans le contexte de l’effondrement économique et social de leur région, la Lorraine. La désindustrialisation et la fermeture des hauts-fourneaux ont laissé des familles sur le carreau, avec parfois les deux parents au chômage, sans repères et sans ancrage. Leurs enfants ont grandi comme ils ont pu devant cet horizon fermé qu’ils déchirent en découvrant la puissance de leur pulsion de vie, leur sexualité, leurs sentiments. On n’est pas sérieux quand on a 14 ou 17 ans et on teste ses limites, sa mise en danger, sur une moto ou dans des soirées où tournent les joints, l’héroïne ou l’alcool.

Astucieux et prometteur, le découpage en trois parties qui accompagne les protagonistes sur plusieurs temporalités ne tient cependant pas toutes ses promesses. Peut-être trop centré sur la découverte de la sexualité et d’un langage pour la nommer, on a le sentiment de situations qui se répètent et s’étirentLe contexte sociétal dans lequel évoluent ces jeunes adultes en construction semble alors davantage faire partie du décor que de l’histoire. Marina Da Silva

à voir aussi :

Notre besoin de consolation est impossible à rassasier, jusqu’au 04/09, les samedi et dimanche à 12h00. Le texte de Stig Dagerman, traduit par Philippe Bouquet avec Simon Delétang pour récitant et le groupe Fergessen (Michaëla Chariau et David Mignonneau) pour la création musicale. Un oratorio électro-rock, un texte court et de grande beauté : un hymne à la vie, une ode à la liberté ! « Je crois beaucoup à la spontanéité des formes imaginées sur le vif, dans la nécessité de s’exprimer coûte que coûte », confiait Simon Delétang lors de la création en 2020, en pleine pandémie. « S’il y a bien quelque chose qui ne s’éteindra jamais, c’est la foi en l’art et sa rencontre avec un public ». Yonnel Liégeois

Théâtre du Peuple Maurice-Pottecher, 40 rue du Théâtre, 88540 Bussang (Tél. : 03.29.61.50.48)

Poster un commentaire

Classé dans Littérature, Rideau rouge

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s