Viens voir les comédiens…

En ces heures troubles et troublantes, comédiens, musiciens et écrivains, plasticiens et magiciens ne cessent de rêver, chanter, créer. Une sélection de propositions régulièrement actualisée que Chantiers de culture soutient et promeut. Yonnel Liégeois

– Du 11/01 au 06/02, le Centre dramatique national des Tréteaux de France s’installe au Pavillon Villette à Paris. En cet espace épuré, lentement le public s’installe pour savourer à sa guise l’un des trois chefs d’œuvre de Jean Racine : Andromaque, Bérénice et Britannicus. Trois classiques du répertoire dans une mise en scène de Robin Renucci, le directeur du CDN, pour nous faire apprécier plus que la modernité du propos : la musicalité, le rythme, la beauté de l’alexandrin racinien ! Entre puissance tragique et verve poétique, intrigues politiques et amours impossibles, un théâtre qui a encore tant de choses à nous dire aujourd’hui sur ce que sont passions et désillusions, désirs et désespoirs. Les 5 et 6/02, sera joué l’intégrale du triptyque « dans le simple appareil d’une beauté qu’on vient d’arracher au sommeil » (Racine, in Britannicus).

– ENTRE COUPS DE COEUR ET CRIS DE COLERE, CHANTIERS DE CULTURE VOUS AIDE À RÉFLÉCHIR, LIRE ET SORTIR ! UN PETIT CLIC POUR LE GRAND CHOC… GRATUIT MAIS QUI PEUT RAPPORTER GROS, ABONNEZ-VOUS : CHANTIERS DE CULTURE

Du 14/01 au 02/02, le cirque Trottola fête à Paris ses vingt ans d’existence en plantant son chapiteau sur le site du Cent quatre ! Accompagnés par les musiciens Thomas Barrière et Bastien Pelenc, Titoune et Bonaventure Gacon sonnent la cloche et c’est parti pour un tour…   Campana, leur nouvelle création ? Un spectacle pour tout public, scandé d’exploits virtuoses (trapèze volant, portés acrobatiques…) et de petits riens, ces instants furtifs où une mimique, un regard ahuri ou un dos vouté arrachent aux petits et grands autant de rires que de larmes. Deux personnages venus d’ailleurs en quête de lumière, deux interprètes fascinants qui délient leurs corps pour mieux aimanter nos cœurs !

– La plateforme de la Cinémathèque française, Henri, du nom de son fondateur Henri Langlois, poursuit l’aventure ! Au menu, des projections en exclusivité, des œuvres à voir ou revoir, une centaine de films à découvrir… Mais aussi quelques 800 vidéos (leçons de cinéma avec les plus grands cinéastes, acteurs, actrices et technicien.nes au monde, essais, conférences…) à regarder, ainsi que plus de 500 articles à lire ou relire.

– Le 26/01, à 20h30 à Paris, sur la scène de l’emblématique cabaret des Trois Baudets, Agnès Bihl propose un concert exceptionnel ! La chanteuse rebelle décoiffe dans le paysage chansonnier avec une voix et une gouaille au service de textes qui mêlent le verbe poétique à l’incorrect politique. Des chansons qui font dans le détonant, le décapant, une tornade blonde à la chasse des enzymes plus cons que gloutonsLa contestation, chez la Bihl de raison, ce n’est pas du tract ou du propos béton. Sur des paroles langue de velours et des musiques bien léchées, tendresse et passion se déclinent au diapason de l’humour et de la dérisionUne voix qui caracole entre rock et musette, de la chanson populaire bien ciselée entre coups de cœur et coups de griffe, émotion et rébellion, réalisme et poésie.

– Chaque dimanche, sur France Inter à 23h00, Zoé Varier propose sa Journée particulière ! La rencontre avec une personnalité célèbre ou méconnue qui conte ses choix de de travail ou de recherche à partir d’un événement marquant de sa vie. Un entretien hors des propos convenus : la collusion entre histoire personnelle et histoire collective.

– Jusqu’au 30/01, le Théâtre national populaire, le TNP de Villeurbanne, affiche un programme des plus alléchants ! En trois temps, trois mouvements… D’abord, jusqu’au 14/01, Margaux Eskenazi et Alice Carré proposent, avec Et le cœur fume encore, une traversée des mémoires bafouées de la guerre d’Algérie. Ensuite, du 13 au 30/01, Jean Bellorini, le directeur du lieu, met en scène Le jeu des ombres, la pièce de Valère Novarina : un regard neuf sur le mythe d’Orphée quand les âmes errent dans les enfers, quand le monde brûle et que l’univers se dérègle. Enfin, du 21 au 29/01, carte blanche est offerte à André Markowicz, le maître traducteur de la littérature russe, qui présente deux soirées autour de la poésie russe et deux autres autour de l’œuvre de Françoise Morvan, poétesse et traductrice. Au final, un mois à voyager d’Est en Ouest, du Nord au Sud, dans toutes les langues et en toute saison !

– Né sous François Ier en 1530, l’emblématique Collège de France nous invite à explorer gratuitement plus de 10 000 documents (leçons inaugurales, cours annuels des professeurs, entretiens filmés…). Sur Chantiers de culture en 2016, notre consœur Amélie Meffre suggérait déjà d’aller butiner dans cette incroyable caverne aux trésors qu’est le Collège de France !

– Jusqu’au 31/01 à Montreuil (93), le musée de L’Histoire vivante propose Mémoires Communes 1871-2021. Sous la férule d’Éric Lafon, historien et directeur scientifique du lieu, une exposition à moultes facettes sur le temps de la Commune : son histoire, ses combats, ses utopies toujours vivaces en ce troisième millénaire. Par le texte et l’image, des premières heures jusqu’au bain de sang final, un parcours historique pour (re)découvrir cette révolution dans toute sa diversité, son développement en province ou à l’étranger, son action et ses projets de réforme. À noter que le musée possède nombre de manuscrits des poésies de Louise Michel.

Poster un commentaire

Classé dans Cinéma, Expos, Festivals, Musique et chanson, Rideau rouge

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s