Archives de Catégorie: Documents, essais

Arthur Lochmann, un auteur bien charpenté

Arthur Lochmann a publié, aux éditions Payot, La vie solide, la charpente comme éthique du faire. Il a délaissé études de droit et de philosophie pour devenir charpentier. Un très beau récit d’apprentissage.

 

Arthur Lochmann est l’auteur d’un livre poignant, La vie solide, la charpente comme éthique du faire. Réflexion conduite, non pas comme une recherche sur le travail en général ni même sur un travail singulier, mais bien construite de l’intérieur même de l’apprentissage et de l’exécution d’un travail dès lors forcément spécifique. Où l’on voit qu’apprendre un métier, exécuter un travail avec soin, c’est tout autre chose que de se conformer à des prescriptions, à des protocoles préétablis. C’est interpréter. C’est entrer en intelligence exigeante de soi, s’initier, se confronter à celles des compagnons du chantier, mais aussi de ceux d’autres lieux, régions et pays. De ceux d’avant, des autres générations. C’est entrer dans de nouvelles hybridations de savoirs. Ainsi, c’est vers la fin du livre que l’auteur nous fait découvrir qu’en Allemagne l’initiation des compagnons se fait autrement encore qu’ici, qu’au Japon il y a d’autres façons, d’autres savoir-faire, d’autre formes d’outillages pour le même usage… et que l’on solutionne autrement les mêmes problèmes. D’autres clefs à la charpente. C’est entrer dans d’incertaines transformations, sensibles, cognitives, corporelles, sensitives… C’est fabriquer de l’imaginaire, réinventer des mathématiques, des calculs, construire de nouvelles figures géométriques, mécaniques (et  gymniques !…), tendre l’oreille autrement, se faire tout attentif, faire des découvertes écologiques et développer les vertus propres à chacun des  éléments.

Explorer, dire l’agir d’un travail spécifique, ici celui du charpentier, porte  bien quelque chose d’universel mais pas d’unificateur, justement pas  « généralisant ». Creusement de la pensée qui se développe dans l’exécution de la tâche, qui ne lâche pas la main. Le travail peut ouvrir alors l’espace à la joie large de la connaissance active, à la générosité du don …

C’est un très beau livre, très fort. Instructif. Tout à l’opposé d’un témoignage larmoyant ou exaltant  mais qui, du pareil au même, nous mettrait l’arme au pied, à l’opposé aussi d’une analyse simplement sociologique qui ne laisserait pas prise. Tout cela n’est pas ici rejeté mais ce n’est pas là l’objet. Et on lui est reconnaissant, ô combien, à Arthur Lochmann, de s’en tenir fermement à son objet. C’est de cela dont nous avons le plus besoin aujourd’hui pour rester debout, pour ne pas succomber à la dépression collective, tout comme à son  revers, à cette excitation où nous conduit la condition de ces salariés surmenés du vide que nous devenons, comme  le disait Guy Debord. Son objet, Arthur Lochmann n’y déroge pas : c’est la recherche de la dynamique anthropologique propre du  travail et le soin qu’il faut apporter à la tâche pour être. Être vraiment, et porter ainsi sa contribution au  commun de l’existence. Ici, aider à habiter… Voilà l’éthique. C’est par là, c’est ainsi fondamentalement, entrer en résistance aux affaires et aux affairistes du temps présent. Et le livre le dit, c’est valable pour tout métier, mais à inventer librement. Absolument.

C’est « homo-faber » qui prend lui-même la parole, qui se fait « homo-sapiens » comme rarement. On pourra contester la formule à l’emporte-pièce. Pas d’importance, ayons l’obligeance de la prendre pour ce qu’elle veut dire. On pense à Henri Bergson : « En définitive, l’intelligence, envisagée dans ce qui en paraît être la démarche originelle, est la faculté de fabriquer les objets artificiels, en particulier des outils à faire des outils, et d’en varier indéfiniment la fabrication ». Des échos également à  Hannah Arendt, à Simone Weil, à Gaston Bachelard dans ce que ces auteurs apportent de plus concret… Nous sommes loin ici des considérations théoriques, et plus loin encore des bavardages idéologiques. Nous sommes entrés  en expérimentations, en travaux pratiques. C’est aussi d’un autre rapport de la théorie et du savoir, y compris dans la constitution même des savoirs, que ce livre et son auteur, par sa démarche courageuse, témoignent. Jean-Pierre Burdin

Un récit d’apprentissage

Arthur Lochmann a délaissé ses études de droit et de philosophie pour devenir charpentier. « À bien des égards, l’apprentissage de ce métier ressemble à celui des autres artisanats : on y intériorise des gestes, une langue, des méthodes, des exigences, et cela prend du temps. Mais la charpente est aussi une activité à nulle autre pareille, on y travaille le bois […]. On y mêle continuellement savoirs traditionnels et méthodes modernes pour construire de manière durable et écologique. On y vit dehors, par tous les temps. […]  C’est un métier immensément exigeant, une vie solide à laquelle on s’attache ».

Ce récit d’apprentissage entremêle souvenirs de chantiers, réflexions sur le corps, le savoir, l’équipe, le travail, le patrimoine, le temps… L’auteur montre comment cette activité lui a donné des clés précieuses pour s’orienter dans notre époque. D’une toute autre manière que les sociologues ou les psychologues du travail, il témoigne qu’apporter du soin à son travail donne du sens à son action, qu’apprendre et transmettre préserve un bien commun, et que bâtir s’inscrit dans la durée. À l’heure de la gestion du travail à court terme, de la segmentation des activités par la sous-traitance, de l’individualisation, de la mystique de l’électronique qui ferait disparaître les relations entre producteurs de biens et de services et les relations entre les producteurs et leurs bénéficiaires, Arthur Lochmann offre une bouffée de plein air. La vie solide nous ramène les pieds sur terre, le cœur au soleil. Texte d’invitation des « Violons de la baleine blanche », l’association de quartier du 13ème arrondissement de Paris, initiatrice de la rencontre-débat du 18/11 à la librairie Jonas (75).

Poster un commentaire

Classé dans Art&travail, Documents, essais, Les feuilles volantes de JPB

Lubrizol, le droit à polluer ?

Un mois après l’incendie de l’usine Lubrizol à Rouen (76), survenu le 26 septembre, la préfecture de Seine-Maritime interdisait la présence de la CGT au comité de « suivi et transparence ». Une décision nauséeuse, en écho au décret du 15 octobre 1810 sur les manufactures dangereuses. Qui ne prévoyait ni contrôle, ni sanction.

 

26 septembre 2019. Dans la nuit, l’usine chimique Lubrizol, sise à Rouen (76) et classée Seveso « seuil haut », part en fumées noires et toxiques. La CGT appelle dès le lendemain à se mobiliser, rejointe par un impressionnant collectif d’organisations. Depuis, le syndicat est à pied d’œuvre pour éclairer les faits.

4 octobre 2019. La puanteur est tenace, comme les nausées et les vomissements. Mardi 1er octobre, la CGT 76 organise une conférence de presse devant le Palais de justice avant qu’une manifestation, rassemblant des milliers de personnes, se rende à la préfecture.

25 octobre 2019. Un mois après le grand incendie du site, réunions au sommet pour acter des indemnisations, en présence du PDG américain et du Premier ministre. La préfecture interdit alors la présence au comité de « suivi et transparence » de Gérald Le Corre, le représentant de la CGT, dont l’attitude est jugée « antirépublicaine ». Un retour en arrière de plus de deux siècles, quand le décret impérial du 15 octobre 1810 tente de dédouaner les manufactures qui répandent une odeur insalubre ou incommode.

 

Ce décret est l’un des premiers textes à prendre en compte les nuisances industrielles même si, à l’époque, on est loin de se préoccuper de l’environnement proprement dit. Par contre, on commence à se soucier de l’hygiène. Ainsi, en 1802 est créé un conseil d’hygiène publique et de salubrité du département de la Seine qui se penche sur les épidémies comme sur le problème des manufactures insalubres. Et les plaintes adressées au conseil se multiplient au point qu’en 1806, une ordonnance du préfet de police impose pour la ville de Paris une déclaration préalable pour tout industriel désirant créer un établissement susceptible d’engendrer des nuisances.

L’Institut de France est chargé de rédiger un rapport sur cette question, en vue d’une réglementation nationale. Chaptal, médecin devenu entrepreneur de produits chimiques, en est le rapporteur. L’exposé des savants est de nature « industrialiste » : il s’agit avant tout de protéger l’industriel contre la malveillance du voisinage et non l’inverse. Ainsi, le rapport de l’Institut du 17 décembre 1804 prévient : « Tant que le sort de ces fabriques ne sera pas assuré, tant qu’une législation purement arbitraire aura le droit d’interrompre, de suspendre, de gêner le cours d’une fabrication, en un mot, tant qu’un simple magistrat de police tiendra dans ses mains la fortune ou la ruine d’un manufacturier, comment concevoir que ce dernier puisse porter l’imprudence jusqu’à se livrer à des entreprises de cette nature ? ».

Le décret impérial, promulgué le 15 octobre 1810, va suivre le même esprit. Le ministre de l’Intérieur estime qu’il serait « injuste de dégoûter les personnes voulant former des ateliers par des tracasseries ». En fait, comme le note l’historienne Geneviève Massard-Guilbaud, la législation à ce moment-là doit se placer entre deux idées forces de l’époque : « la valorisation de l’industrie, pensée comme le moteur de la grandeur nationale et le souci croissant de préserver la santé des populations, qui s’exprime avec la montée de l’hygiénisme ». L’intitulé du décret de 1810 est explicite à cet égard, il est relatif « aux manufactures et ateliers qui répandent une odeur insalubre ou incommode », même si des dispositions sont aussi applicables aux établissements présentant des dangers, notamment d’incendie ou d’explosion. Si on mentionne principalement les odeurs, c’est parce qu’à l’époque, l’air est considéré comme le principal vecteur des maladies. Pour classer les manufactures, les médecins attachent donc une grande importance aux fumées, dégagements et odeurs. Les établissements visés sont alors classés en trois catégories : la première inclut ceux qui doivent être éloignés des habitations; la seconde, ceux dont l’éloignement n’est pas nécessaire s’ils respectent certaines prescriptions; la troisième, ceux qui peuvent rester mais sous surveillance. Toute nouvelle installation des établissements relevant de ces catégories nécessite une autorisation préalable, délivrée après enquêtes. Et lors de ces enquêtes de commodo, les citoyens sont invités à exprimer leurs doléances.

 

Geneviève Massard-Guilbaud, qui a étudié notamment les plaintes des citadins en Auvergne, rappelle que ces dernières se concentrent sur les établissements en lien avec les animaux comme les abattoirs ou les tanneries ou ceux chargés des déchets. Elles concernent aussi les distilleries, les fabriques de caoutchouc ou de bitume ou les papeteries. Outre l’atteinte à la santé, le préjudice financier est mis en avant. Les propriétaires redoutent ainsi un manque à gagner avec la baisse des loyers ou la fuite des locataires du fait des désagréments occasionnés par les manufactures environnantes. Étant donné que le décret de 1810 avait été conçu à l’origine comme une mesure d’arbitrage entre manufacturiers et propriétaires, l’argument pécuniaire était expressément prévu par la réglementation. En 1846, 69,4 % des activités avaient été classées pour des raisons de nuisances olfactives, 32,8 % pour des raisons de risque d’incendie, 4,2 % à cause de risques d’explosion, 2,7 % pour le bruit.

Quoiqu’il en soit, le décret de 1810 n’est pas des plus sévères : une fois l’autorisation accordée, elle ne peut être remise en cause par de nouvelles plaintes. De même, les dispositions du décret n’avaient pas d’effet rétroactif. Aucun contrôle proprement dit, ni aucune sanction n’étaient prévus par le décret. En fait, il faudra attendre plus d’un siècle et la loi du 19 décembre 1917 pour qu’une inspection des établissements classés soit prévue, de même que des sanctions, en contrepartie d’un assouplissement des critères de classification. Amélie Meffre

À lire :

Histoire de la pollution industrielle. France, 1789-1914 de Geneviève Massard-Guilbaud, paru aux Éditions de l’EHESS en 2010.

–  Dangereux, insalubres et incommodes. Paysages industriels en banlieue parisienne, XIXe- XXe siècles d’André Guillermé – Anne-Cécile Lefort et Gérard Jigaudon, paru chez Champ Vallon en 2004.

Poster un commentaire

Classé dans Documents, essais, La mêlée d'Amélie, Sur le pavé

Christian Gauffer, pour un management humain

Fort de son expérience avec les travailleurs sociaux, le psychanalyste Christian Gauffer décrypte les dégâts d’un management déconnecté du réel. Dans La responsabilité humaine du management, il plaide en faveur d’un dialogue autre au sein de l’entreprise. Et de proposer un « manuel à l’usage des cadres et des travailleurs en quête de sens ».

 

Selon une étude parue récemment (Rapport du cabinet de conseil Gras Savoye Willis Towers Watson, dévoilé dans Le Parisien du 27 août 2019), l’augmentation de 16 % du taux d’absentéisme au travail enregistrée depuis cinq ans serait notamment liée à « une perte de sens du travail ». L’essai de Christian Gauffer sur La responsabilité humaine du management apporte un nouvel éclairage, révélateur sur le lien entre cette perte de sens et le management. Un des éléments clés est la diffusion du lean management, qui prend des allures de tsunami ravageant sur son passage toutes les règles de métier. Les méthodes initialement inventées pour les usines automobiles japonaises Toyota, puis revues et corrigées par les penseurs américains du Massachusetts Institute of Technology (MIT), déferlent, entre autres, dans les hôpitaux et les services sociaux de l’Hexagone avec la bénédiction de l’État.

Gérer la souffrance humaine avec les méthodes identiques à celles de la segmentation et de l’intensification de la production de pièces automobiles relève d’une idéologie délirante, celle du néolibéralisme aveugle et sourd à ce qu’est l’humain. Un totalitarisme basé sur la toute-puissance du marché et dont la particularité est d’ignorer toutes les bornes du réel. Aussi bien celles de la morale que celles de son impact sur la planète. À travers le vécu des travailleurs sociaux, Christian Gauffer montre le processus de déshumanisation en cours insufflé par ce new management. On ne parle plus de personnes, mais de gestion de portefeuilles. Les cadres, pris dans le processus de l’imposture chiffrée, sont enjoints d’obéir aux injonctions d’un management de plus en plus déconnecté du réel. Résister comporte des risques, sans compter que viennent se greffer à cela, parfois, des motivations inavouables telles que la jouissance du pouvoir, l’esprit de caste ou encore ce que le chercheur décrit comme « le refus de castration ».

Christian Gauffer s’inspire de la psychanalyse pour étudier le manager, et évoque en quelque sorte une référence à l’autorité du père qui, s’il acceptait de redescendre sur terre, pourrait peut-être restituer la confiance nécessaire à ses collaborateurs. Et de plaider pour des rencontres entre humains « sujets »… Cette vision du travailleur « sujet » et non du travailleur « citoyen » ne questionne toutefois pas directement le lien de subordination. C’est là le parti pris de l’auteur qui, pour autant, milite pour un management à visage humain ainsi que l’indique le sous-titre de son ouvrage, « manuel à l’usage des cadres et des travailleurs en quête de sens ». En parallèle, et alors qu’il souligne la nécessité de contrepouvoirs, il adresse aux syndicats la même critique d’éloignement du réel que celle qu’il adresse aux managers, avec le risque, dit-il, qu’ils restent enfermés dans l’idéologie. Il puise là dans d’autres écoles de pensée, celles d’Yves Clot et de Christophe Dejours en particulier. Avec notamment son souhait de revaloriser la « disputio », la dispute ou le débat. Pour lui, le syndicalisme devrait ainsi prioritairement se mettre au service de l’expression des salariés.

Tandis que le management actuel tend à nier le conflit, Christian Gauffer estime au contraire essentiel qu’il puisse s’exprimer. Il accorde ainsi à l’expression du rapport de force une dimension fondamentale, en appelant à la défense de l’éthique professionnelle. Ainsi qu’à la responsabilité des travailleurs. Régis Frutier

Poster un commentaire

Classé dans Documents, essais, Sur le pavé

Plenel, la victoire des vaincus

Dans son dernier essai, La victoire des vaincus, le journaliste Edwy Plenel propose une réflexion « à propos des gilets jaunes » sur la corruption, sinon la confiscation, de la démocratie par le pouvoir présidentiel. Plus encore sur l’aggravation des inégalités, sur les espoirs comme les dangers que recèle semblable séquence sociale.

 

« La révolte des gilets jaunes est un événement pur : inédit, inventif et incontrôlable. Comme tout surgissement spontané du peuple, elle déborde les organisations installées, bouscule les commentateurs professionnels, affole les gouvernants en place », écrit Edwy Plenel dès les premières lignes de son dernier ouvrage, La Victoire des vaincus. Mais son livre se veut moins un essai sur leur révolte qu’une réflexion, inscrite dans le temps long, « à propos des gilets jaunes » comme il l’indique dans le titre : une réflexion sur ce que cette révolte met en question et en cause, sur la nature et les objectifs du pouvoir présidentiel.

En observateur d’abord, puis en analyste condamnant la morgue de classe qui guide certains commentateurs patentés, mais refusant pour autant tout angélisme, le journaliste de Mediapart rappelle que « comme toute lutte sociale collective, [celle des gilets jaunes] s’invente au jour le jour, dans une création politique sans agenda préétabli, où l’auto-organisation est le seul maître du jeu. Comme toute mobilisation populaire, elle brasse la France telle qu’elle est, dans sa diversité et sa pluralité, avec ses misères et ses grandeurs, ses solidarités et ses préjugés, ses espoirs et ses aigreurs, ses beautés et ses laideurs ».

 

Partant des principaux mots d’ordre de cette révolte sociale, il scrute et dénonce la nature de plus en plus personnelle d’un pouvoir présidentiel jupitérien, telle que la Ve République a permis de le forger, qui n’a cessé de s’accentuer au cours des mandatures jusqu’au « président de trop », générant la désaffection moins du politique que de ses moments électoraux. Il met en lumière la marginalisation du Parlement et des contre-pouvoirs qui affadit la démocratie jusqu’à la vider de son sens, et la constitution d’une caste de courtisans issus du même moule, prétendants serviles aux strapontins dorés. Il rappelle comment ce pouvoir confisqué dégénère dans la multiplication des affaires, ces « faits divers de la vie politique ou économique » qui ne sont rien d’autre que des affaires d’Etat.

Il inscrit de ce point de vue les protections au sommet de L’État dont a joui Alexandre Benalla dans la lignée d’autres affaires qui ont corrompu l’exigence démocratique de probité républicaine. Revenant sur les pratiques de François Mitterrand érigé en « Dieu » avec la mise en place de la cellule élyséenne, l’élargissement du périmètre d’intervention présidentielle dans la nomination des cadres de L’État et des sociétés publiques, les écoutes téléphoniques de proches, d’opposants ou de journalistes, ou l’affaire du Rainbow Warrior (le navire de Greenpeace coulé par les services secrets français en 1985) et les dérives qu’a constituées la mise en place, déjà, d’une « garde rapprochée, un service spécial dévoué à la protection de ce qu’il voulait absolument cacher et, aussi, de ce qu’il voulait absolument savoir ». Des affaires qui, de mandature en mandature, seraient restées dans l’ombre et l’impunité sans le travail opiniâtre de journalistes indépendants, faisant leur métier d’information indispensable à la démocratie, et l’intervention de certains fonctionnaires. Et c’est bien l’exigence de démocratie, de participation aux choix politiques qui a surgi, rappelle Edwy Plenel, dans les rencontres des ronds-points. Comme celle de justice et d’égalité.

 

« À son point de départ, la révolte des gilets jaunes vise l’injustice fiscale et l’arbitraire étatique. En ce sens, son moteur originel est au cœur des combats émancipateurs de toujours ; l’exigence d’égalité », écrit-il, consacrant un chapitre à la question des inégalités fiscales, économiques, sociales. En France, et dans le monde. Il rappelle notamment ce que le travail d’Oxfam documente d’année en année : « en 2018 les milliardaires ont vu leur fortune augmenter de 12 % tandis que la richesse de la moitié la plus pauvre de la population mondiale, soit 3,8 milliards de personnes, chutait de 11 % ». En France, « en 2018, les 5 % des Français les plus riches ont capté 40 % de la richesse nationale ». Délégitimer et réprimer, faire passer des dérives minoritaires pour le fait de tout un mouvement : la recette n’est pas neuve qui permet de réprimer plutôt que de répondre aux exigences qui s’expriment. Au prix d’une violence d’État sans commune mesure depuis des décennies, « comme si l’alibi d’une “foule haineuse” suffisait à légitimer cette dérive dangereuse pour les droits et les libertés », commente l’auteur. Pour Plenel, une autre violence est à l’œuvre, celle des discours qui se succèdent, de plateaux télés en micros élyséens, qui rejoint le mépris exprimé à l’encontre des quartiers populaires avec ses paroxysmes, comme lors des émeutes de 2005. Année qui a vu le retour de l’état d’urgence abandonné depuis la fin de la guerre contre l’indépendance algérienne et depuis banalisé au nom de la lutte contre la menace terroriste. Autant de choix politiques qui font « la courte-échelle » à une extrême droite à l’affût.

C’est aussi un appel que lance en quelque sorte l’auteur de cet essai. Non seulement à une autre politique du pouvoir, mais aussi un appel à celles et ceux qui font de l’émancipation de tous leur horizon. « Tel est le parti pris de ce livre », commente Edwy Plenel, « le plus sûr moyen de faire advenir les monstres, c’est de leur laisser le champ libre. La révolte des gilets jaunes donnera d’autant plus la main à l’extrême droite xénophobe, raciste et antisémite, nationaliste ou néofasciste, que le camp de l’émancipation lui offrira sans lutter le monopole de la colère et le privilège de la contestation ». Et d’en appeler, en écoutant « la clameur plurielle » des gilets jaunes qui nous ont « requis sans prévenir », à « une radicalité humaniste et fraternelle ». Ensemble, affirme-t-il comme un manifeste, « décrétons l’état d’urgence sociale, écologiste et solidaire ». Isabelle Avran

Poster un commentaire

Classé dans Documents, essais, Pages d'histoire, Sur le pavé

Les bêtises de François Bégaudeau

Avec Histoire de ta bêtise, François Bégaudeau se livre à une critique de la bourgeoisie « cool » qui a fait élire Macron. Un essai volontiers subversif, assurément radical.

 

Cyrielle Blaire – Pourquoi intituler ce livre Histoire de ta bêtise ?

François Bégaudeau – Au début du livre, je me penche sur tous ces mots creux utilisés sans jamais être interrogés, comme « populisme ».  Il  suffit  de  demander  à  ceux qui l’emploient ce qu’ils entendent par là pour qu’il n’y ait plus personne. La bourgeoisie fait tout pour défendre sa position sociale, légitimer l’existant. Elle  a  conscience  qu’il  y  a  des  injustices, que tout n’est pas super, mais sa pensée ultime à propos du libéralisme, c’est de se dire que c’est le « moins pire ».

C.B. – D’où l’injonction à voter au second tour pour « le moindre mal » ?

F.B. – Les libéraux ont du mal à défendre un système qui les a faits rois, mais qui produit des inégalités au kilomètre et détruit le vivant. Du coup, ils légitiment l’existant  en  le  présentant  comme le  « moins  pire ».  Et  c’est  commode, puisqu’ils ont un « pire » à disposition depuis  quarante  ans  avec  l’extrême droite ! Mais rejouer en permanence un débat entre l’existant un peu dégueulasse et ce qui pourrait être encore plus pourri, cela laisse le citoyen face à une alternative  très  pauvre. L’historien  Henri  Guillemin  raconte  comment  la  IIIe  République  bourgeoise, avec  la  démocratie  représentative,  a été conçue comme un système destiné à calmer le mouvement ouvrier. On a inscrit dans les esprits que l’acte politique  par  excellence,  c’était  de voter. Du coup, on a minoré tous les autres actes citoyens réels comme manifester, faire grève, se réunir pour débattre ou bien appartenir à une association.

C.B. – La notion de « mérite » sert en réalité à préserver l’ordre établi ?

F.B. -Tout à fait. Historiquement, la notion de « mérite » est la valeur révolutionnaire que la bourgeoisie a opposée à l’aristocratie. Elle a été une puissance de déstabilisation du féodalisme. Mais dès que la bourgeoisie a été au pouvoir, elle a raconté une fable aux pauvres pour  maintenir  des  comportements de reproduction. L’école a légitimé l’illusion qu’est la méritocratie. C’est normal que les riches soient riches, car ils ont 15 en maths et les pauvres 5 ! Certains prolétaires, en montrant des capacités à comprendre les règles du jeu, réussissent à s’embourgeoiser. Les bourgeois adorent ces pauvres méritants, ils les brandissent pour dire : « Regardez, il n’y a pas de conditionnements sociaux, celui-là a intégré HEC alors qu’il vient de banlieue. » Mais dans les récits de leur propre parcours, les bourgeois oublient toujours le petit coup de pouce apporté par le capital social qui leur a permis de réussir. Au fond, ils sont traversés par la mauvaise conscience.

C.B. – Il y a un Versaillais qui sommeille dans chaque bourgeois ?

F.B. -Tant que la bourgeoisie voit que le rapport de force lui est favorable, elle est « cool ». Mais quand la lutte des classes se durcit, ce qui est le cas depuis l’opposition aux lois Travail et maintenant avec les « gilets jaunes », le bourgeois a la pétoche et sort la troupe. Ces gens-là sont des légitimistes, la loi a été écrite pour eux et par eux. Le bon bourgeois considérera toujours que la radicalité, c’est la démesure. On nous éduque à respecter le bien public et, face à la casse, le réflexe est de se dire : « C’est quoi ces vandales ? ». Mais si la situation est radicale, alors la radicalité devient-elle la juste mesure ? S’il est bien vrai que le capitalisme est en train de détruire la planète, alors toute mesure radicale devient  la  bonne  réponse.  Nous  ne sommes pas des excités. Moi, je suis un garçon bien éduqué, plutôt doux et pacifié. En revanche, je suis convaincu que la juste mesure face à la situation réelle, qui est violente, c’est la subversion. Propos recueillis par Cyrielle Blaire

Chanteur d’un groupe punk durant ses années étudiantes, agrégé de lettres puis chroniqueur cinéma, François Bégaudeau est un auteur protéiforme. En 2008, l’adaptation par Laurent Cantet au cinéma de son roman Entre les murs, inspiré de son expérience de prof en ZEP, est récompensée de la Palme d’or à Cannes. Son dernier roman, En guerre (Éd. Verticales, 2018), se veut une critique de la société libérale.

Poster un commentaire

Classé dans Documents, essais, Entretiens, rencontres, Sur le pavé

Olivier Py vous salue bien, Avignon 2019

Timothée Picard a publié une magistrale monographie de l’actuel directeur du festival d’Avignon, Olivier Py, planches de salut. Une catholicité indéniable tressée à une homosexualité joyeusement vécue. À lire à l’ombre des remparts, sans oublier, en cette dernière semaine du Off, The great disaster au Théâtre des Halles et Mon livre de la jungle aux Gémeaux.

 

Alors que le rideau est tombé sur la 73ème édition du Festival d’Avignon en ce qui concerne le In, l’actualité éditoriale ne saura, ne pourra nous faire oublier Olivier Py, son directeur ! Chez Buchet-Chastel, dans la collection « Les auteurs de ma vie », est paru l’an dernier son Claudel, assorti d’un choix de textes du vieux maître. Actes Sud-Papiers, pour sa part, avait réédité son Épître aux jeunes acteurs pour que soit rendue la parole à la parole. Enfin, comble de la reconnaissance envers un artiste loin de toujours faire l’unanimité, sortait dans la foulée, sous le beau titre Olivier Py, Planches de salut, une monographie magistrale sur sa vie, son œuvre, due à Timothée Picard, le spécialiste des imaginaires de l’opéra qui enseigne à l’université de Rennes. Py ne pouvait rêver mieux que d’être analysé, en long, en large, en travers, par un connaisseur d’une telle envergure dont l’admiration jamais béate, jointe à une culture de haut vol et un style de simple élégance, permet d’en avoir le cœur net sur l’aventure d’un homme qui n’ambitionne rien tant que d’édifier une cathédrale de verbe dont il serait le vivant pilier.

C’est donc bien « au risque assumé de la démesure » que l’auteur envisage le « destin » tôt projeté de Py, sous le signe initial d’une catholicité indéniable tressée à une homosexualité joyeusement vécue sans souci d’honorabilité (queer plutôt que gay). Le tout exposé au grand jour d’un monde en déréliction qu’il s’agirait sinon de changer, du moins de désenlaidir par le sublime vertige de l’art… A savoir, chez lui, le théâtre porté à incandescence, où on peut aller jusqu’à danser percé de flèches autour d’un buisson-ardent. Timothée Picard, à partir du Cahier noir de Py, traque les hantises de l’adolescent, l’essentiel rapport au père, la guerre d’Algérie dans le fond du tableau. Chaque œuvre, écrite ou mise en scène, est passée au crible par Timothée Picard, dont les qualités d’observateur averti de l’art lyrique font merveille dans le déchiffrement des causes et des effets en tous domaines.

La singularité profuse de Py, son appétit spirituel d’ogre anxieux et sa fébrilité créatrice ne pouvaient trouver meilleur exégète que Picard ! Celui-là même qui avoue d’emblée que son livre « est un témoignage d’admiration et un aveu de gratitude » adressé à un homme qui, depuis la prouesse temporelle de « La Servante » en 1995 et même bien avant, ne cesse de vouloir se sauver par l’éblouissement. On conviendra au moins que ce n’est pas banal dans « ce vilain monde » que disait déjà Baudelaire. Jean-Pierre Léonardini

 

À voir encore :

– The great disaster : une pièce de Patrick Kerman, mise en scène et jeu Olivier Barrere, Théâtre des Halles. Souvenir émouvant, au siècle précédent, lors du regretté festival Les Déferlantes à Fécamp en 1999 : dans le noir d’une ancienne conserverie, entre puissant ressac des vagues et forte odeur de poissons, l’évocation de cette « tragédie maritime » avec la metteure en scène Anne-Laure Liégeois à la barre ! Giovanni Pastore, l’émigré italien qui a fui son Frioul miséreux, nous conte sa dernière nuit sur le Titanic. Non en cabine de luxe, dans les entrailles du paquebot, préposé à la plonge… 3177 couverts à laver et faire reluire, « une bonne place » au regard de ce qu’il laisse derrière lui. Tel un fantôme, zombie remonté des flots, il évoque alors ses souvenirs de la terre natale, le désespoir du partir, l’insolente richesse des nantis de première classe, l’avenir incertain des soutiers de son espèce, ces laissés pour compte d’hier et d’aujourd’hui en leur quête incessante de la terre promise. De 1912 à nos jours, les tragédies maritimes ont changé de nature, pourtant ce sont les mêmes qui coulent encore et toujours. Yonnel Liégeois

Mon livre de la jungle : Texte-mise en scène-interprétation de Céline Brunelle, Théâtre des Gémeaux. Témoigner, le mot est lâché : « témoigner des conditions de vie sur le camp de Calais, mais aussi dans les centres d’accueil pour demandeurs d’asile partout en France », explique Céline Brunelle. « Témoigner de l’exil et des parcours migratoires, témoigner pour rendre identité et dignité à tous ces enfants, hommes et femmes… ». La fondatrice de la compagnie Le Passe-Muraille, sise à Amiens, brise donc murs et frontières pour faire résonner ce tragique cri de la jungle, celle de Calais et des alentours. Sur les planches couleur sable, vidéo et musique s’allient pour fortifier et amplifier la parole de tous ces migrants, déplacés, déracinés en quête d’un geste de solidarité, d’un sursaut de fraternité. Un enchevêtrement de mots, de sons et d’images pour donner corps à toutes ces vies suspendues à l’horizon d’un hypothétique ailleurs ! Un spectacle fort, scandé par le rap de l’égyptien Isaiah et le jazz décalé du groupe Glaze Furtivo. Yonnel Liégeois

1 commentaire

Classé dans Documents, essais, La chronique de Léo, Rideau rouge

Frédéric Pierucci, « Le piège américain »

Les États-Unis possèdent un bras armé économique, le Departement of Justice, d’une efficacité tout aussi redoutable que leur arsenal militaire le plus puissant du monde. Pour preuve, le document fort révélateur Le piège américain. Sous la plume de Matthieu Aron, le témoignage de Frédéric Pierucci dans l’affaire Alstom.

 

La vente de la branche énergie d’Alstom à General Electric est sans doute l’une des opérations industrielles les plus catastrophiques que la France ait eu à subir au cours de ces dernières années. Des technologies de pointe, fruits de recherches et d’investissements de plusieurs décennies, se sont retrouvées du jour au lendemain bradées entre des mains étrangères, mettant notamment le pays en état de dépendance pour des pièces de son parc nucléaire et militaire. Quel intérêt y avait-il à une telle opération ? Comment a-t-on pu convaincre des capitaines d’industrie de trahir ainsi les intérêts de leur pays ? Comment le simple citoyen, le gouvernement français, les salariés d’Alstom ont-ils pu être ainsi floués par la machine de guerre dont se sont dotés les États-Unis, son gouvernement et ses lobbies pour détrousser des pays dits « amis » ?

La réponse tient en un seul mot : l’extraterritorialité, cette capacité exorbitante dont se sont dotés les États-Unis pour sanctionner les entreprises qu’ils considèrent être corruptrices dans le reste du monde. C’est ainsi que, depuis 2008, vingt-six sociétés ont payé des pénalités de plus de 100 millions de dollars au Trésor américain. Parmi elles, quatorze entreprises européennes ont dû régler une note pour un total de 6 milliards de dollars, dont cinq françaises qui totalisent 2 milliards de dollars d’amendes. Mais y a-t-il une équité, une impartialité de cette justice ? La lecture du Piège américain permet de se faire une opinion…

 Tandis que Patrick Kron, le PDG de l’époque, s’en sort avec un joli pactole, Frédéric Pierucci, l’un de ses cadres, est lui l’otage du DOJ (Departement of Justice). Emprisonné dans des conditions abominables pour des délits improbables dont il n’est en rien responsable, victime d’une machination d’État où le rôle des agences d’espionnage américaines et les outils du DOJ ont montré leur perversité extrême au service d’un objectif clair, l’homme se débat au milieu de procédures kafkaïo-staliniennes. Son rôle, et c’est ce qu’il dénonce dans ce document signé en collaboration avec le journaliste Matthieu Aron ? Servir d’épouvantail pour que ceux qui sont placés au-dessus de lui prennent les décisions attendues par les autorités américaines… Et ça marche ! Aux États-Unis, la justice n’est qu’une affaire de deal.

C’est donc l’histoire de cet homme, Frédéric Pierrucci, otage de la machine de guerre économique américaine, que raconte le livre. Au-delà de cette histoire vraie, de nombreux enseignements sont à tirer de la réalité de cette nouvelle forme de guerre froide que les États-Unis mènent contre le reste du monde. Des informations sont aussi données sur les groupes qui sont dans le viseur. En effet, Alstom n’est pas la seule grande entreprise européenne dans le collimateur des Américains. On peut même dire qu’avec ces méthodes, tous les groupes industriels d’importance sont potentiellement les victimes du DOJ. Il y a donc urgence à ce que les Européens prennent des mesures pour s’en protéger. Régis Frutier

1 commentaire

Classé dans Documents, essais, Pages d'histoire, Sur le pavé